Des couches lavables en seconde main ?

Privilégier le neuf en matière de couches lavables représente pas mal d’avantages : vous avez un large choix, vous trouvez en un seul lieu tout ce dont vous avez besoin, les couches sont prêtes à l’emploi, la qualité des produits est garantie, et en cas de problème, un service après-vente cherche une solution avec vous.

La seconde main a aussi des arguments en sa faveur. Les couches lavables sont faites pour durer. Bien entretenues, la plupart peuvent faire le bonheur de plusieurs bébés. Ça parait logique si vous voulez réduire l’impact environnemental de votre consommation et/ou faire des économies.

Et en effet, en seconde main, on peut faire de très bonnes affaires à condition de savoir où chercher, d’être capable d’évaluer correctement l’état des couches et d’avoir un vendeur fiable ! Selon l’état des couches, on peut aussi s’embarquer dans des remises en état relativement raisonnables ou carrément fastidieuses. Et puis, il y a le scénario catastrophe : en fait, les couches sont foutues et on y perd sa culotte !

En résumé, si la seconde main vous tente, réfléchissez-y à deux fois et lisez ce qui suit ! ♻️

🧐 Comment évaluer la qualité des couches ?

A force d’avoir écumé les ventes de secondes mains pendant plusieurs années, je peux témoigner que bon nombre de vendeurs sont honnêtes mais méconnaissent l’état ou la valeur de ce qu’ils vendent.

Certains utilisent un vocabulaire approximatif (booster pour insert, tout-en-deux pour classique, …) ou ignorent le nom de la marque qu’ils revendent.

Ils considéreront peut-être en bon état des couches dont les élastiques sont fatigués ou qui ont été mal entretenues. Ce n’est pas nécessairement de la malhonnêteté, c’est juste qu’ils ont suivi en toute bonne foi des routines de lavages inadaptées (lessive inadéquate, rinçage ou essorage insuffisant, …) et pensent (à tort !!) que les couches devenues grises voire brunes, c’est normal.

Dans la mesure du possible, essayez de voir les couches en vrai ou demandez un maximum de photos détaillées pour bien évaluer leur état. C’est avec les inserts que vous prenez le moins de risques (c’est juste un tissu) tandis qu’avec les culottes et les tout-en-un, vous devrez être plus prudent (vous ne saurez pas ou difficilement voir l’état du PUL).

Enfin, certains vendeurs fixent des prix exorbitants. Soit ils se fient à leur prix d’achat neuf mais perdent de vue que les couches ont déjà bien vécu, que l’acheteur va devoir les nettoyer en profondeur, payer sans doute les frais de port, etc. Soit ils se font un petit business basé sur la crédulité des acheteurs. Un conseil : vérifiez toujours le prix neuf avant d’acheter !

✔️ Quelles questions poser et pourquoi

🔎 La nature des couches : de quelle marque / modèle / taille s’agit-il ? En quelle matière sont-elles ? Les annonces de vente sont souvent évasives ou incomplètes : interrogez le vendeur pour savoir clairement ce que vous achetez (ça sert toujours : pour retrouver le même modèle si vous l'appréciez, pour demander des infos à d’autres utilisateurs, …). Si le vendeur ne sait pas vous répondre, tâchez de savoir où il a acheté ses couches : avec un peu de chance, vous reconnaîtrez ses couches sur le site de vente. Pour les matières, sachez que la microfibre s'encrasse plus facilement et lavée à trop haute température, elle perdra de sa capacité d’absorption, par contre le bambou, le coton et le chanvre s'usent moins vite.

🔎 La vie des couches : elles ont été utilisées pour combien d’enfants ou combien de temps ? En intensif ou en alternance avec d'autres couches ? Cela vous donnera un indicateur sur leur niveau d’usure. Si ce sont des tailles uniques qui ont servi intensément pour un ou plusieurs enfants, elles seront probablement plus fatiguées : soyez particulièrement attentif à l’état des élastiques (détendus ?) ou du PUL (laminé ? décollé ?).

🔎 L'entretien des couches : couches sales stockées à sec ou dans l’eau ? Quel cycle de lavage ? A quelle température et avec quelle marque de lessive ? Utilisation du séchoir ? Y compris pour les PUL ? Y a-t-il eu des décrassages ? Avec quelle technique ? Sauf si vous êtes ultra motivé pour faire des bains de décrassage, évitez les couches stockées dans l’eau (macération et prolifération de bactéries), lavées avec une lessive contenant de la glycérine (couches encrassées) ou lavées avec un seul cycle (couches encrassées). Si les PUL sont allés au séchoir, ils sont sans doute abîmés. Si les décrassages annoncés ont consisté à « laver sans lessive », ils n’ont sans doute pas suffi. S’ils ont été réalisés des cristaux de soude, il est probable que les couches aient été abîmées (surtout les PUL et les élastiques).

🔎 L’état général des couches : les velcros sont-ils encore bien propres/nets/efficaces ? Les élastiques sont-ils détendus ? Selon les réponses, prévoir un nettoyage des velcros (avec un peigne à poux par exemple) voire leur remplacement et/ou le remplacement des élastiques.

🛒 Où trouver des couches lavables de seconde main ?

📌 Les plateformes dédiées à la seconde main comme Marketplace, 2ememain.be ou Vinted, avec l’avantage pour cette dernière d’avoir un tarif préférentiel pour les envois et une garantie : si les couches ne sont pas conformes à la description, vous les renvoyez (à vos frais) et Vinted vous rembourse votre achat.

📌 Plusieurs groupes Facebook :

📌 Certains dépôts-ventes, selon les arrivages :

🧼 Que faire une fois les couches achetées ?

 Première étape : lavez les couches (par exemple, programme coton à 60° essorage 1200 tours avec lessive compatible)

 Deuxième étape : remettez les couches à "zéro", c'est à dire faites leur un nettoyage en profondeur pour vous assurez qu'elles sont véritablement propres. On appelle cela un décrassage. Prenez un contenant blanc ou transparent. Versez de l'eau chaude (au moins 40°) et  du percarbonate de soude. Comptez une cuillère à soupe par 2 litres d'eau. Mettez tremper les couches. Après quelques heures, sortez les couches et tordez-les. Regardez la couleur de l'eau. Si elle est blanchâtre comme au moment où vous avez mis le percarbonate, c'est ok, les couches ont été bien entretenues et vous pouvez passer à l'étape suivante. Si elle est grisâtre, jaunâtre voire marron  🤢, votre vendeur avait un souci dans sa routine d'entretien et vous avez encore du boulot pour rattraper ça. Vous devez mettre vos couches en machine pour un rinçage/essorage puis recommencer le processus de décrassage. Il faut en effet répéter l'opération jusqu'à obtenir une eau blanchâtre, càd jusqu'à ce que les couches ne dégagent plus de résidus de lessive ou de 💩. Le problème peut-être réglé en quelques bains... ou quelques dizaines. D'où l'intérêt de bien se renseigner avant l'achat : si vous consacrez une semaine de trempage et 3kg de percarbonate à remettre des couches lavables en état, la seconde main cesse d'être avantageuse !

Troisième étape : Après un ultime rinçage essorage pour clôturer le décrassage, mieux vaut désinfecter les couches pour éviter toute transmission de mycose etc. Dans ce cas, il faut les faire tremper dans un désinfectant. Il s'agit généralement de produits assez agressifs pour l'environnement comme le dettol ou le sanytol. Là aussi, prévoir un bon rinçage.

Quatrième étape : vos couches sont à présent propres et désinfectées mais peut-être sont-elles encore tâchées ? Dans ce cas, profitez d'une belle journée pour les faire sécher au soleil. Les UV sont plutôt efficaces pour faire blanchir le linge.